Les adhérents d’EPE

Le réseau EPE est constitué de personnes morales (associations, structures, etc.) ainsi que de personnes physiques (militant.e.s, professionnel.le.s de santé et expert.e.s.)

Association Chance et Protection Pour Toutes (ACPPT)

L’ACPPT est une association à but non lucratif, créée en 2014, elle a pour objectif d’informer, de sensibiliser et de soutenir les victimes au sujet des violences à l’égard des femmes et des filles en France et en République de
Guinée.

AMREF Health Africa

Avec un siège basé au Kenya, Amref Health Africa compte aujourd’hui 11 bureaux situés en Afrique, en charge de la mise en œuvre des projets et également, 10 bureaux positionnés en Europe et en Amérique du Nord, tant que pour l’appui technique et financiers que pour le plaidoyer. Le bureau France travaille plus spécifiquement avec les bureaux d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Côte d’Ivoire et Guinée), le bureau Afrique du Sud, Amref Health Africa en Ethiopie ainsi qu’avec le siège à Nairobi, pour l’appui aux projets d’Afrique de l’Est.

Depuis sa création en 1957, Amref Health Africa a aidé 110 millions de personnes et formé 12 millions d’agents de santé, faisant d’elle la première ONG de santé publique en Afrique. L’organisation mène des programmes d’appuis dans les zones les plus isolées et avec une priorité donnée à la santé sexuelle et reproductive, tout comme à la santé maternelle, néonatale et infantile. Afin de favoriser des changements durables en santé publique, Amref Health Africa travaille toujours en étroite et systématique concertation avec les gouvernements et les communautés et axe ses programmes sur la formation de personnel de santé local.

Association WILILO

Œuvre en France et en Afrique de l’Ouest afin d’apporter de l’aide aux femmes et aux enfants dans divers aspects de leur vie (éducation, travail, santé et intégrité).

DJAMMA-DJIGUI

DJAMME-DJIGUI est un réseau d’entraide entre femmes et mères avec 10 pôles d’actions : la vie quotidienne, les violences conjugales, « mon jardin secret », le soutien à la parentalité, le handicap, « je suis formidable », la solidarité aux plus démunis, les loisirs sans enfant, les loisirs avec enfants, « soutien aux femmes d’ailleurs ».

Cette association lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes et aux enfants.

EQUIPOP

Équilibres & Populations est une ONG fondée en 1993 par des médecins et des journalistes. Elle travaille à améliorer les conditions de vie et le statut des femmes, facteur essentiel d¹un développement juste et durable.

Son action, orientée vers l’Afrique de l’Ouest francophone, se décline en trois volets complémentaires : impulser des dynamiques de changement social au plus près des populations ; mobiliser les acteurs d’influence pour créer un environnement institutionnel et juridique plus favorable ; accompagner les partenaires au développement en renforçant leurs capacités d’intervention.

Contact : info@equipop.org

FEMMES SOLIDAIRES

FEMMES SOLIDAIRES défend les valeurs fondamentales de laïcité, de mixité, d’égalité pour les droits des femmes,
de paix et de liberté. Forte d’un réseau de 190 associations locales réparties sur toute la France et dans les Dom-Tom, l’association s’adresse à toutes les femmes qui veulent défendre leurs droits et leur liberté.

L’association anime des permanences d’écoute pour conseiller, orienter et accompagner les femmes dans leurs démarches (sur rendez-vous). Elle intervient dans le monde éducatif. Elle se porte partie civile dans les procès relatifs aux violences faites aux femmes.

FEMMES SOLIDAIRES engage de nombreuses campagnes internationales sur la situation des femmes dans le cadre de solidarités réciproques. L’association bénéficie d’un statut consultatif aux Nations Unies, est affiliée Comité Inter-Africain.

FRANCE TERRE D’ASILE

L’association France Terre d’Asile fournit un accueil et de l’assistance sociale aux demandeurs d’asile en France.

France Terre d’Asile a pour but principal, le maintien et le développement d’une des plus anciennes traditions françaises, celle de l’asile. Elle veille, en France, à l’application de toutes les conventions internationales pertinentes.

France terre d’asile intervient pour la promotion des droits humains et prend en charge les besoins de protection, notamment des demandeurs d’asile, des réfugiés ou encore des mineurs isolés étrangers. Plus de 5 000 personnes sont prises en charge chaque jour.

Contact : infos@france-terre-asile.org

Femmes Entraide et Autonomie (FEA)

FEA est une association qui lutte contre toutes formes de violences de genre et pour l’accès aux droits des femmes et des jeunes issu.e.s de l’immigration et réfugié.e.s. Ses activités incluent l’accueil, l’information, l’orientation et la formation

GYNÉCOLOGIE SANS FRONTIÈRES

Gynécologie Sans Frontières (GSF) est une Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée en 1995, composée
de médecins, sages-femmes, infirmières, souhaitant venir en aide aux femmes en situation de précarité et de vulnérabilité en France et à l’Étranger en répondant à un seul but : améliorer la santé des femmes les plus vulnérables en France et dans le Monde.

Les actions conduites doivent répondre à l’éthique humanitaire fixé par GSF, à savoir : « Former, accompagner, transmettre, sans se substituer » Gynécologie Sans Frontières intervient en France par des actions de prévention, de sensibilisation, de prendre soin des femmes en grande vulnérabilité. À l’international par des missions de compagnonnage des acteurs de santé :

  • De manière préventive : par des actions de sensibilisation,
    d’accompagnement, de formation des soignants locaux et de
    développement de systèmes de soins périnataux et
    gynécologiques.
  • De façon curative : mission de soins d’urgence, mission d’appui aux structures locales en difficulté et formation des équipes locales afin d’assurer une transition efficace et la pérennité de nos actions lors du retrait de ses équipes.

Partout dans le monde, Gynécologie Sans Frontières lutte contre tous les types de violence faites aux femmes : diminuer la mortalité maternelle, traiter les maladies handicapantes liées à l’accouchement, lutter contre les mutilations sexuelles, s’opposer à toutes les violences, sexuelles, intrafamiliales, sociales.

Contact : admin.gynsf@gmail.com

KARERA

L’association Femmes de la corne d’Afrique aide, appuie et soutient les initiatives des femmes en matière d’éducation, de lutte contre l’analphabétisme, de la pauvreté et de toutes les formes de violence à l’encontre des femmes dans la corne d’Afrique.

Lutter contre les mutilations sexuelles féminines et le sida font partie intégrante de leur action.

SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE SEXOLOGIE CLINIQUE

La Société Française de Sexologie Clinique (SFSC) première société française de sexologie existe depuis 1974.

Elle produit et participe à des recherches fondamentales orientées, notamment, vers les aspects anthropologiques, psychologiques, psychanalytiques, sociologiques, neurologiques, biologiques, juridiques, médico-légaux, physiologiques, pathologiques, expérimentaux et thérapeutiques, du comportement sexuel.

La SFSC inclut la problématique de l’excision au sein de ses formations de praticiens.

En 2006, lors du congrès annuel de la SFSC, Excision, parlons-en! a invité et laissé la tribune à Koita KHADY qui porté un poignant appel à l’abandon des mutilations sexuelles féminines.

SOS AFRICAINES EN DANGER

SOS Africaines en danger est une association qui est née en 2013 d’un groupe de parole rassemblant des guinéennes, toutes excisées et mariées de force, enfants à de vieux polygames. Elles ont choisi la liberté en France. Reçues par le Docteur Pierre Duterte au centre de soins Parcours d’exil, qui les a aidées à rédiger leurs statuts associatifs, elles ont pu aider les fillettes laissées au village en risque d’excision. Dans leur dynamisme et leur précipitation, aucune n’avait encore le statut de réfugiée. Sans-papiers, elles ne pouvaient déposer leurs statuts à la préfecture. Maître Danielle Mérian, alors vice-présidente de Parcours d’Exil, leur a proposé de devenir leur présidente pour déposer les statuts. Ce fut le coup de foudre entre ce groupe de jeunes exilées et des bénévoles qui se mirent à leur service.

L’objectif de l’association est de faire abandonner l’excision en Afrique de l’Ouest (la Guinée, le Mali, le Burkina Faso, le Sénégal, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, etc.), dont sont originaires, toutes celles qui ont rejoint les pionnières.

À leur demande, toutes réfugiées ou demandeuses d’asile, et n’ayant pas un sou, nous avons monté avec notre chef de projet, Jean-Michel VANZO, un programme social avec nos partenaires locaux pour aller avec des school bus transformés en dispensaires connectés dans les villages les plus isolés, là où il n’y a pas de routes, soigner les femmes et les fillettes , et informer les populations qu’ailleurs est abandonnée cette pratique néfaste. Notre pays pilote est le
Sénégal pour notre programme social de santé publique. Pour faire circuler 10 school-bus dans les 10 Pays concernés le budget global sur 5 ans est de 1 000 000 €. En France les adhérentes nous ont aussi demandé de les aider dans leur demande de statut de réfugiées à l’OFPRA ( l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides ). Nous avons aujourd’hui’ huit déléguées qui ont le statut de Tiers Accompagnant. Et tous les CADAs ( Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile ) nous adressent de jeunes africaines excisées et mariées de force.

Nous faisons une réunion mensuelle avec toutes celles qui peuvent venir à l’EHPAD PEAN 9 rue de la Santé 75013 Paris, qui nous accueille gratuitement dans son Pavillon Rubens. Chaque mois nous informons sur ce que nous avons fait en Afrique, ce que nous avons fait en France. Nous leur distribuons des livres et donnons des jeux pour les enfants. Puis elles forment leur groupe de parole où il est beaucoup question de l’OFPRA et de la CNDA (Cour Nationale du Droit d’Asile) et de la réparation du clitoris. Elles sont extrêmement solidaires entre elles. Malgré tous les traumatismes endurés, elles montrent un amour de la vie admirable

Terres de couleurs

Terres de Couleurs est une association créée en 2003 suite à une longue période de vie au Sénégal de Maïtha Lobjois devenue présidente. Elle est constituée de 40 membres répartis sur toute la France.

L’aide à la scolarisation des jeunes a été le premier programme mis en place dans des villages du Sénégal sur la côte ouest avec un partenariat des autochtones. Depuis, c’est une action triangulaire que Terres de Couleurs privilégie, et ce, dans la mesure de ses moyens : Education/Eveil – Société/Artisanat – Social/Santé.

En 2010 la rencontre de Kenny Matampash Ole Meritey (l’un des représentants du peuple Maasaï au Kenya) a fait basculer le secteur d’action de notre association de l’Ouest à l’Est de l’Afrique. L’excision devenait, compte tenu de la prévalence de l’époque d’environ 80 % en pays Maasaï (Kenya), la base de leur action principale : Programme d’accompagnement des jeunes filles Maasaï dont les familles ont décidé de rejeter l’excision.

L’excision étant liée chez eux au passage d’âge avant mariage, il fallait développer l’idée de rite alternatif et dans le même temps préserver un groupe de jeunes filles en les scolarisant en internat, jusqu’à la fin des études secondaires. C’est ce que fait Terres de Couleurs depuis 2012. Depuis, d’autres partenariats ont vu le jour…

Adhérer au réseau EPE

Vous souhaitez participer au mouvement en faveur de l’abandon des mutilations sexuelles féminines ? Adhérez au réseau d’Excision parlons-en ! vous permet de bénéficier de formations, de documentations et d’un vaste réseau d’entraide international.

Comment adhérer au réseau EPE ?

  • Je cotise à hauteur de 20 € par an ou de 10 € si je suis étudiant.e, chômeur.euse ou retraité.e ;
  • Je télécharge le bon d’adhésion et je le renvoie complété ;
  • J’assiste et vote lors de l’Assemblée Générale annuelle ;
  • J’accède aux rapports d’activités de et aux comptes annuels de l’association ;
  • Je suis invité.e aux différents événements et formations organisés par le réseau d’Excision Parlons-en ! et de ses adhérents.
  • Je suis partie prenantes des projets menés par le réseau d’Excision Parlons-en !

Je suis une jeune fille à risque Je suis concernée par les MSF Je suis un·e professionnel·le