Exemples de bonnes pratiques : Terres de Couleurs: accompagnement de filles Maasaï. KENYA

Você pode congelar a urina para um teste de drogas http://drogaria.pt/cialis/ centro médico geral de Akron
© Maïtha Lobjois, août 2013

© Maïtha Lobjois, août 2013

Terres de Couleurs

DATES ET LIEUX DU PROJET

En  pays Maasaï au Kenya ( District de Kajiado)`

2012 – 2019

BUDGET TOTAL DU PROJET

Annuellement : 5 000 €

OBJECTIFS DU PROJET

  • Scolariser en Internat,  des jeunes filles issues de familles en difficultés financières, afin que celles-ci ne se résignent pas à les marier et donc à les exciser comme le veut la coutume.
  • Permettre à ces jeunes filles de ne pas fuir leur famille en cherchant à échapper à la pression des « anciens ».
  • Créer un pôle d’information/ de sensibilisation en partenariat avec une ONG locale d’aide au Maasaï au Kenya (Neighbours Initiative Alliance)

 

ACTIVITES MENEES DANS LE CADRE DU PROJET

  • Au Kenya : Information/sensibilisation localement via nos partenaire Phylis MATAMPASH et Kenny MATAMPASH  (directeur de Neighbours Initiative Alliance (NGO à Kajiado)) – Surveillance des familles prises en charge et d’autre familles à « risques » – Participation et animation dans des manifestations de Maasaï réunissant quelquefois plus de 1 000 personnes à sensibiliser.
  • En France : conférences et stand d’information lors de diverses manifestations locales.

QUELQUES STRATEGIES CLES/FACTEURS DE REUSSITE DU PROJET POUR L’ABANDON DE L’EXCISION

La loi interdisant l’excision au KENYA n’est pas suffisante pour stopper cette pratique très ancrée chez les Maasaï. Seule une information/sensibilisation de terrain réalisée par les actrices et acteurs locaux eux–mêmes pourra la ralentir jusqu’à disparition.

Notre engagement et notre accompagnement aussi persuasif soit-il ne remplace aucunement leur propre volonté de changement.

PRINCIPAUX RESULTATS DU PROJET

12 jeunes filles Maasaï sont à ce jour préservées.
Dans le premier groupe, les jeunes filles sont nées entre 1995 et 2001.
Les deux dernières entrées dans le programme sont nées en 2006 et 2007
Elles sont toutes à des niveaux différents (primaires ou secondaires) aussi notre engagement de les conduire à la sortie du secondaire porte sur 7 années minimum.

A ce jour une trentaine de familles sont intéressées par le programme et en attente.

PRINCIPALES DIFFICULTES RENCONTREES PENDANT LE PROJET ? COMMENT ONT-ELLES ETE SURMONTEES ?

Notre programme ne rencontre pas de difficultés sur le terrain mais sa taille reste limitée et Terres de Couleurs ne peut prendre l’engagement auprès de toutes les familles intéressées en raison de difficultés de trouver des financements.

Un problème se pose toutefois sur le terrain mais qui n’affecte pas notre programme : les familles qui tiennent à faire perdurer la pratique de l’excision se cachent maintenant. Auparavant l’excision se passait lors d’une cérémonie importante de passage d’âge regroupant quelquefois plus de 100 personnes. Maintenant et pour fuir la loi, les familles excisent les jeunes fillettes dès 6 et 7 ans dans le secret.

LECONS APPRISES DANS LE CADRE DU PROJET

« Nous ne sommes pas né(e)s dans ce pays – nous ne pouvons prendre de décision à la place des Maasaï habitant dans le district de Kajiado, seulement les accompagner » (Maïtha Lobjois, présidente de Terres de Couleurs)

PAGE INTERNET DEDIEE AU PROJET

http://terres-de-couleurs.blogspot.fr/2015/02/il-y-le-6-fevrier-et-364-autres-jours.html