contact presse

« Fuir l’excision , parcours de femmes réfugiées » : le photoreportage

 

                                   LE PHOTOREPORTAGE

     FUIR L’EXCISION : PARCOURS DE FEMMES REFUGIEES

 

Sensibiliser, c’est questionner. Qui sont les femmes qui fuient l’excision les menaçant ou menaçant leur petite fille ? Comment mènent-elles le combat de l’exil ? A quoi ressemble le quotidien d’une demandeuse d’asile ? Afin d’apporter des réponses à ces questions, Excision, parlons-en ! a créé et présenté pour la première fois en avril 2016 à la mairie du 19e arrondissement de Paris, le photoreportage « Fuir l’excision : parcours de femmes réfugiées ». Sous l’objectif d’Anaïs Pachabézian, trois femmes racontent leur parcours, leurs souffrances, leurs victoires. Conçu comme un hommage au courage de ces combattantes, cette exposition itinérante vise également à sensibiliser le visiteur aux problématiques de l’asile et l’excision. Toute organisation désireuse de mettre les projecteurs sur ces thématiques peut aujourd’hui accueillir le photoreportage dans ses locaux.

 

 

 

 

 

 

 

Poids de la tradition, choc post-traumatique, douleur physique, peur pour ses filles : la pratique complexe de l’excision ne peut réellement se comprendre qu’au travers des témoignages des femmes qui en ont fait l’expérience. Nombre d’entre elles éprouvent au quotidien ses incidences physiques et psychologiques. Face à la pression sociale et à l’autorité de la coutume, celles qui choisissent de se soustraire à la pratique ou de protéger l’intégrité physique de leurs filles n’ont parfois qu’une option : l’exil.

                                       Asile et Excision : Des Thématiques Croisées

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), les mutilations sexuelles féminines (MSF)    sont considérées comme une forme de persécution puisqu’elles impliquent la violation de plusieurs droits        humains : droit à la vie, liberté de choix, droit à l’intégrité physique, droit à la santé.

 La France est le premier pays d’asile pour les femmes victimes de MSF (Trop de Souffrance, HCR, 2013).   Entre 2008 et 2011, plus de 20% des demandeuses d’asile en France étaient originaires de pays où se   pratique l’excision.

Afin d’éveiller les consciences sur les liens méconnus entre l’excision et l’asile, excision, parlons-en ! a présenté pour la première fois en 2016 le photoreportage « Fuir l’excision : parcours de femmes réfugiées ».  Combinaison de textes informatifs, de récits et d’images, cette exposition salue le courageux combat de ces femmes en retraçant le parcours de trois d’entre elles.

Doussou et Hawa ont fui la Guinée, Marie la Côte d’Ivoire. Toutes ont été excisées dans leur enfance. Lorsque vient le tour de leur fille, elles s’y opposent farouchement et s’enfuient de leur communauté. Commence alors un long combat durant lequel elles tentent d’obtenir le statut de réfugié et de construire une nouvelle vie loin de leur terre natale. Leurs luttes quotidiennes contre les obstacles juridiques et psychologiques de l’asile sont illustrées par les quinze clichés d’Anaïs Pachabézian.

En des termes forts mais justes, les témoignages accompagnant chaque photo éclairent le lecteur tant sur la pratique de l’excision que sur les procédures de demande d’asile et les conditions de vie des demandeurs. Passage par la rue, solitude, traumatisme psychologique compliquant les formalités juridiques ou mal du pays sont autant d’épreuves communes aux trois figures de l’exposition qui illustrent la souffrance de l’asile. Un même espoir habite pourtant ces combattantes, déterminées à faire entendre leurs voix et à se reconstruire.


                                                La photographe : Anais Pachabezian

Anaïs Pachabézian a construit depuis plus de dix ans un travail « parcours de vie » où se mêlent histoires       individuelles et collectives. La migration et l’exil sont au cœur de ses projets (A Monéa, ils comptent sur moi, En   transit). Elle réalise des commandes pour la presse française et pour les services de communication d’ONG   françaises et internationales.

  http://www.anaispachabezian.com/


Ils ont présenté le photoreportage  

Initialement exposé à la mairie du 19e arrondissement de Paris, le photoreportage a voyagé dans toute la France, du festival Cinéma et Migration de Saint-Lô aux locaux de l’Agence Française de Développement à Paris. Il est aujourd’hui mis à disposition de toute organisation publique ou privée souhaitant rendre hommage à ces femmes et sensibiliser son public aux thématiques de l’excision et/ou de l’asile (voir conditions ci-dessous).

  • La Mairie du 19eme arrondissement de Paris : 15 avril 2016 – mai 2016

  • Le Festival Cinéma et Migration de Saint-Lô (organisé par France Terre d’Asile) : 23 au 26 mai 2016

  • Les Voisines -premier espace de coworking rassemblant des associations de défense des droits des femmes : le 29 septembre 2016 aux Grand Voisins à Paris

  • Le GAMS Normandie pour la Semaine de la Solidarité Internationale au Havre : du 10 au 16 novembre 2016

  • Femmes solidaires, à Montargis : du 23 au 28 novembre 2016

  • La FIA NORMANDIE et l’Association Interculturelle des Femmes Actives de Rouen (ASIFA) : du 25 au 27 janvier 2017

  • L’Agence Française de Développement à Paris : du 6 au 23 février 2017

  • La Mairie du 14eme arrondissement de Paris, pour une exposition aux Grands Voisins: le 8 mars 2017

Louer le photoreportage

Le photoreportage peut être loué en France pour 2 semaines pour un tarif de 250 euros (hors frais d’envoi et de retour). L’exposition se compose de :

  • 2 panneaux avec le titre de l’exposition, plastique. Format: 60×40 cm,

  • 4 panneaux de présentation de l’exposition (excision, Excision, parlons-en !, Asile et excision, parcours d’une demande d’asile). Format : 40×50 cm

  • 15 photographies sur le parcours de trois femmes, impression directe sur dibond. Format : 60×40 cm

  • 15 panneaux témoignages sur le parcours de trois femmes. Format : 30x40cm.

Les photographies sont de limpression directe sur un support dibond laqué blanc de 2 mm d’épaisseur, un support solide, rigide et stable.

Accrochage (en intérieur uniquement) : fixations collées au support (1 ou 2 selon le format), prêt à accrocher, crochets fournis. Possibilité d’accrocher sur des grilles, sur des clous au mur. Si vous avez un doute sur l’accrochage, ne pas hésiter à nous contacter.  Un plan de montage est fourni avec l’exposition ainsi que des gants pour manipuler les tirages.

Excision Parlons-en ! Remercie ses partenaires sur ce projet: