Alerte Excision : la campagne pour prévenir et protéger les adolescentes

Você pode congelar a urina para um teste de drogas http://drogaria.pt/cialis/ centro médico geral de Akron

IMG_7749Ce projet a reçu le prix Santé – Droits sexuels et reproductifs du Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes le 9 mars 2017

 

L’objectif du projet :

Le projet a pour but de contribuer à prévenir et à protéger les adolescentes des risques d’excision en France en utilisant des supports adaptés à cette tranche d’âge.

Pourquoi un tel projet ?

En France, malgré les grandes avancées juridiques et le travail des associations de terrain depuis les années 1980, 3 filles sur 10 de parents issus de pays pratiquant les mutilations sexuelles féminines restent aujourd’hui menacées (Excision et Handicap, INED, 2009).

En effet, chaque année durant les grandes vacances, des milliers de petites filles et d’adolescentes issues des migrations retournent dans les pays d’origine de leurs parents pour les vacances. Elles peuvent y subir une mutilation sexuelle féminine. Une vigilance particulière doit donc s’exercer avant les départs en vacances.

A qui est-il destiné ?

Excision, parlons-en ! souhaite mener une campagne de prévention à destination des adolescentes à risque (12-18 ans) et de leur entourage (famille, ami-e-s, personnel encadrant, etc.). Les garçons sont compris dans la cible car ils seront probablement pères un jour et donc amenés à prendre la décision de ne pas faire exciser leurs filles.

Le public adolescent, en raison de sa complexité, est le plus délaissé des campagnes de prévention sur les mutilations sexuelles féminines alors même que l’entrée dans l’adolescence est un moment critique pour les jeunes filles françaises dont les parents sont issus de pays pratiquant l’excision, ainsi qu’une étape importante qui génère beaucoup d’appréhension et de questions chez les jeunes.

Quand ?

La campagne sera lancée le vendredi 3 mars 2017 et durera jusqu’à la fin de l’année scolaire (juin 2017).

Où ?

La campagne sera diffusée sur le territoire français (métropole), à travers les réseaux sociaux; les médias ; les réseaux des partenaires (collèges, lycées, infirmeries, planning familiaux, centres sportifs, maisons des jeunes…) ; les collèges « ambassadeurs » (qui prévoient de multiples projets) ; les parrains/marraines de la campagne…

Comment ?

Ce projet se décline en trois phases :

Mai 2016 – juin 2016 : Excision, parlons-en !, association-plateforme, s’appuie sur une démarche originale de mise en réseau et de partage d’expertise. La validation d’une partie du contenu de la campagne (messages et outils) a donc été le fruit d’une construction collective menée par les membres et associations amies d’Excision, parlons-en ! : Equilibre & Populations, La Fédération nationale GAMS, le Planning familial, Marche en corps, le Société Française de Sexologie Clinique, SOS Africaines en danger, le GAMS Belgique, En avant toutes.

Septembre 2016 – février 2017 : La seconde phase, actuellement en cours, porte sur l’élaboration des supports de sensibilisation :

Excision_affiche-LQ

Cette phase est construite en collaboration avec les adhérents d’Excision, parlons-en!, ses partenaires et les lycéen-ne-s impliqués dans le projet (notamment le Lycée Jacques Feyder d’Epinay sur Seine).

Vous êtes collégien-ne/lycéen-ne, vous travaillez dans un collège/lycée, vous êtes journaliste… et aimeriez prendre part à la campagne ? N’hésitez pas à nous contacter ! contact@excisionparlonsen.org

Mars 2017 – juin 2017 : La campagne a été lancée le vendredi 3 mars 2017 dans le 14ème arrondissement de Paris (lieu à confirmer). Elle réunira des invité-e-s politiques, des médias, des adolescent-e-s, des experts, les partenaires d’Excision, parlons-en ! etc.  


Partenaire technique : Centre Hubertine Auclert

h-auclert

Partenaires financiers :

partenaires financiers

 

Adhérents du réseau Excision, parlons-en ! et associations amies :

Asso adhérentes

Notre marraine : Ghada Hatem, gynécologue-obstétricienne à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis et médecin-chef de la Maison des Femmes de Saint-Denis.

IMG_1537