Historique

Você pode congelar a urina para um teste de drogas http://drogaria.pt/cialis/ centro médico geral de Akron

Fin 2012, un petit groupe d’acteurs et d’actrices mêlant des associations (Tostan France, la fédération Nationale GAMS, TAOR communication) et quelques indépendants a fait un triple constat concernant le travail fait pour abandonner l’excision en France, en Europe et dans le monde :

  • Il n’existait pas de site internet en langue française centralisant l’information sur la pratique : chiffres, dates clefs, textes de loi, avancées, actions…
  • Il y avait une véritable segmentation du monde associatif (santé, juridique, éducation/sensibilisation, actions en France vs actions internationales) malgré le nombre et la qualité des associations travaillant sur le terrain en France et ailleurs;
  • Il régnait un certain désintérêt des médias, qui pourtant avaient été assez mobilisés dans les années 1980/1990 sur la thématique des mutilations sexuelles féminines.

C’est à partir de ce constat que le groupe mené par Louis GUINAMARD a décidé de créer Excision parlons-en ! qui devait permettre dans un premier temps de :

  • Créer un site internet référence

A compter du 1er février 2013, les associations partenaires du projet ont pu contribuer à alimenter le site www.excisionparlonsen.org en y publiant leurs analyses, initiatives, témoignages, événements relatifs à l’excision…

Ce site avait vocation à devenir une référence francophone en matière de sensibilisation et d’information des publics sur les modalités d’action en faveur de l’abandon de l’excision.

  • Organiser un colloque international le 6 février 2014 à Paris

videocolloqueA l’occasion de la journée internationale de tolérance zéro aux MSF du 6 février 2014, les associations et structures partenaires ont travaillé à l’organisation d’un colloque international.
Le colloque a réuni plus de 350 participant(e)s au site Convention du ministère des Affaires étrangères. Destiné à un public averti (professionnels du secteur humanitaire, bénévoles associatifs, défenseurs des droits humains, étudiants), le colloque international et transdisciplinaire a permis de dresser un état des lieux des réalités actuelles, des avancées et des pratiques, des initiatives en France et dans le monde, pour promouvoir l’abandon de l’excision et comprendre les clés de réussite mais également les freins aux processus d’abandon.

Peu à peu Excision, parlons-en ! est devenue un acteur incontournable du rassemblement pour l’abandon des mutilations sexuelles féminines : à travers son site internet et sa newsletter mensuelle, son activité quotidienne sur les réseaux sociaux, ses commissions de travail et ses rendez-vous réguliers (colloques, conférences, forums) rassemblant des acteurs de tous horizons.

Elle est aujourd’hui une plateforme d’acteurs ayant pour mission de mutualiser les expertises, de libérer la parole, mais aussi travailler en réseau à l’adoption de stratégies multisectorielles, participatives et transversales.

Le fondateur de l’association, Louis GUINAMARD

1371b14Évoluant dans le monde du journalisme et de l’édition, Louis Guinamard a créé l’agence TAOR, spécialisée en communication à haute densité éditoriale (sujets sensibles et grandes diffusions) qui lui a permis d’acquérir une connaissance des enjeux et des contraintes de communication des associations et des organisations internationales. Auteur de plusieurs ouvrages, dont Survivantes, femmes violées dans la guerre en République démocratique du Congo, il collabore régulièrement à la rédaction de supports éditoriaux pour, notamment le Secours Catholique et l’UNICEF France. Il a notamment réalisé pour l’UNICEF France la publication Justice des mineurs, questions majeures. Après une mission personnelle de 3 mois en Egypte, il a lancé -avec un petit groupe d’acteurs (Marine Casaux-Bussière, Isabelle Gillette-Faye, Camille Sarret, Marion Schaefer)- Excision, parlons-en ! dont il a été le coordinateur de 2013 à 2014.

Voir notre page « Événements »