Exemples de bonnes pratiques : Fédération nationale GAMS. FRANCE

Você pode congelar a urina para um teste de drogas http://drogaria.pt/cialis/ centro médico geral de Akron

Fédération nationale GAMS (Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles Féminines, des Mariages Forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants) 

L’objet du GAMS étant l’abolition des mutilations sexuelles féminines, toutes nos actions sont centrées sur l’abandon de l’excision.

 DATES ET LIEUX DU PROJET

Nos projets/actions se réalisent tout au long de l’année civile.

Nous avons des délégations régionales, dans 7 régions françaises : Bourgogne, Champagne-Ardenne, Haute-Normandie, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Provence Alpes Côte d’Azur, Rhône-Alpes. La région francilienne et les autres régions françaises, dans lesquelles nous avons de nombreux partenaires, sont couvertes par le siège social parisien.

OBJECTIFS DU PROJET

Notre objectif est l’abandon des mutilations sexuelles féminines, pratiquées à la fois sur le territoire français, comme européen, ainsi que dans les pays d’origine des familles migrantes.

ACTIVITES MENEES DANS LE CADRE DU PROJET

Nous intervenons directement en direction du public concerné (femmes, famille, adolescent-e-s) par des séances de sensibilisation, mais également, lors de nos permanences d’accueil et d’orientation.

Nous proposons également des formations initiales et continues aux professionnels sociaux et de santé sur la thématique.

Nous diffusons des outils et de la documentation sur le sujet via notre site internet, mais également au siège social à Paris, dans notre centre ressources documentaires.

Enfin, nous collaborons à des actions européennes et internationales, comme celles du Comité Inter-Africain sur les Pratiques Traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants, dont nous sommes la section française.

QUELQUES STRATEGIES CLES/FACTEURS DE REUSSITE DU PROJET POUR L’ABANDON DE L’EXCISION

Le fait d’être des équipes mixtes, femmes africaines concernées par la pratique et femmes d’origine occidentale a grandement facilité nos actions sur le terrain.

PRINCIPALES CIBLES DU PROJET ET DES ACTIVITES

  • Les populations directement concernées : victimes ou à risque.
  • Les professionnels sociaux et de santé
  • Le grand public

PRINCIPAUX RESULTATS DU PROJET

Dans les années 1980, les chiffres dans les Centres Protection Maternelle et Infantile avoisinaient les 70 % à 80 % de fillettes excisées, dans les départements franciliens les plus concernés. Progressivement grâce aux actions de sensibilisation et à la médiatisation des procès, les chiffres ont régressé, à partir des années 1990.

PRINCIPALES DIFFICULTES RENCONTREES PENDANT LE PROJET ? COMMENT ONT-ELLES ETE SURMONTEES ?

Actuellement, la principale difficulté réside dans l’adaptation des familles. En effet, les enfants sont excisées après 6 ans (hors âge PMI), parfois précédent un mariage forcé et/ou précoce, ce qui rend le repérage plus difficile. Mais nous travaillons activement avec les CPEF (Centres de Planification Familiale) et les personnels de l’Education Nationale à une meilleure prise en compte de la problématique.

LECONS APPRISES DANS LE CADRE DU PROJET

Seule l’approche holistique combinant différents modes d’action (information, sensibilisation, formation, protection et répression, etc.), ainsi que les campagnes menées dans les pays d’origine, permettront de venir à bout du phénomène.

PERSPECTIVES

Création en 2015, d’une nouvelle antenne régionale en Midi-Pyrénées

Pérennisation d’ »Excision, parlons-en »

SUR INTERNET 

www.federationgams.org

Blog : gamsfrance.wordpress.com

Page Facebook : facebook.com/Federation.GAMS

Compte Twitter : @FederationGAMS