contact presse

3 questions à Fadela NOVAK, administratrice principale du bureau Europe du HCR

Dans la continuité de la journée d’étude du mardi 8 avril sur le thème « Asile et excision : les défis de la protection”, qui s’est déroulé à l’Université Panthéon-Assas Paris II, Fadela NOVAK, administratrice principale du bureau Europe du HCR (Haut commissariat aux réfugiés), a souhaité rappeler l’importance du rapport Trop de souffrance publié par son institution.

Pourquoi ce rapport Trop de souffrance ?

Le rapport Trop de souffrance répond à la demande de l’Union Européenne de mieux comprendre la situation des MGF (mutilations génitales féminines) dans l’Union à travers notamment le développement de méthodologies permettant de mieux estimer la prévalence des MGF dans les Etats membres. La Commission européenne a, dans ce cadre, chargé l’Institut Européen pour l’Egalite des Genres (EIGE) de produire un rapport sur les MGF en Europe. L’étude statistique du HCR sur les MGF et l’asile dans l’Union Européenne contribue à cet effort et la section sur la prévalence des MGF dans les systèmes d’asile répond directement à la question posée à l’EIGE.

Le rapport du HCR et sa mise à jour de mars 2014 vont cependant bien au-delà car les statistiques sur l’asile disponibles auprès d’Eurostat nous permettent de savoir précisément d’où viennent pour 2013 les 25 000 filles et femmes originaires de pays dans lesquels les MGF sont pratiquées et qui demandent l’asile chaque année et dans quels pays membres elles se trouvent. Cette étude fournit également des repères pour avancer dans la discussion sur les politiques et instruments nécessaires pour aborder les vulnérabilités spécifiques des demandeuses d’asile ayant déposé une demande en lien avec les MGF d’une part, et des femmes et fillettes et jeunes filles réfugiées qui ont subi des MGF et qui s’intègrent dans les États de l’Union européenne d’autre part. De surcroît, en l’absence de données statistiques sur les demandes d’asile en relation avec cette pratique traditionnelle nuisible, ce document fournit des estimations mettant en lumière les besoins spécifiques de protection internationale en lien avec les MGF que les fillettes et jeunes filles (et leurs parents) ainsi que les femmes peuvent soulever dans leur demande d’asile.

Comment a-t-il été conçu et rédigé ?

Les statistiques présentées dans ce document ont été collectées entre octobre et décembre 2012 en utilisant les données de l’Eurostat pour la période 2008-2011 et la mise à jour (mars 2014) présente les données pour l’année 2013.

Six questions clés pour comprendre et avancer sur cette problématique sont posées :

– Où demandent-elles l’asile au sein de l’Union européenne?

– D’où viennent-elles?

– Où s’installent-elles au sein de l’Union européenne?

– Quel est le taux de prévalence des MGF?

– Où ces fillettes et jeunes filles s’installent-elles au sein de l’Union européenne?

– Combien de demandes d’asile sont liées aux MGF?

Quelles solutions sont à envisager pour mieux protéger les femmes ici et là-bas ?

Dans les systèmes d’asile en Europe, les solutions impliquent de meilleures statistiques collectées de manière plus systématique sur cet aspect peu connu de l’asile.

Il est également nécessaire de sensibiliser et de former le personnel de l’asile à la question des MGF et à ses spécificités (officiers de protection, personnel travaillant dans les structures d’accueil etc.). La collecte et la dissémination d’information sur l’état des pratiques dans les pays d’où ces femmes est aussi importante car les demandes d’asile liées aux MGF sont en général extrêmement complexes. Elles peuvent être liées à des questions de genre et d’autres formes de persécutions comme les mariages forcés ou la violence conjugale

Enfin, il est important de penser toutes ces réponses à travers une approche sensible à l’Age, au Genre et la Diversité (AGD) qui soit adaptée aux pays et communautés pratiquantes d’où sont issues ces femmes et filles.

Retrouvez en vidéo des témoignages collectés par le HCR

Retrouvez le document Trop de souffrance en PDF



15 avril 2014

Catégories : 3 questions à